logo

Édito, N°2, Hiver 2018

On ne saurait bouder ce plaisir de l’esprit que procure le bouclage du second numéro de la revue Iwan grâce à une trentaine de collaborateurs familiers du monde culturel. Nous avons tenté, dans ce numéro, de faire évoluer la qualité de notre périodique, autant en termes de contenu qu’au niveau formel, et ce en nous appuyant sur les compétences critiques et les propositions constructives de nos interlocuteurs éclairés. De nouveaux domaines ayant trait à l’histoire, à la culture et aux études iraniennes ont ainsi mobilisé toute notre activité. 
La philosophie islamique, l’histoire de la traduction, les arts plastiques ou la documentation ont fait l’objets des principaux dossiers de cette édition.
La première partie de la publication a été dédiée aux réflexions d’Henri Corbin ayant occupé une place considérable dans la mise en perspective de la philosophie illuminative et dans la science spécifique à l’école de Molla Sadra. Sur le plan poétique, nous nous sommes attachés à des sujets tels que l’histoire, la traduction, la présentation de livres et les influences réciproques dans le domaine littéraire.
Compte tenu des relations bilatérales entre la France et l’Iran durant le 20e siècle, que ce soit dans le domaine des arts figuratifs, des déplacements d’artistes iraniens en France ou de la présence des artistes français lors de manifestations artistiques en Iran, un dossier spécial a été consacré à de telles thématiques. 
Dès notre premier numéro, l’attention portée aux documents et à l’iconographie historique a fait partie de nos axes de travail. Dans ce numéro également, avec la publication de photos inédites, faisant partie des collections privées, et de passages de la thèse essentielle intitulée Fard-Nameh de Paris (« ouvrage unique de Paris »), nous avons traité l’histoire écrite et illustrée de périodes qui nous semblaient incontournables. En réalité cette étude constitue, à notre connaissance, le premier document relativement détaillé dédié aux particularités structurelles et institutionnelles de la ville de Paris.
Jusqu’à présent, au fil de ces deux numéros, nous nous sommes concentrés sur divers domaines artistiques et culturels. Mais il est d’autres sujets primordiaux que nous ne manquerons pas de traiter dans les numéros à venir. Notamment le cinéma, le théâtre, la musique, de même que les récits de voyage multiples qui, durant les siècles passés, sont demeurés tel un patrimoine commun partagé entre les deux cultures française et iranienne et comme un legs ayant valeur de souvenir.